Bertrand Calenge : carnet de notes

jeudi 4 juin 2009

Biblio-fr s’arrête…..

Filed under: Non classé — bcalenge @ jeudi 4 juin 2009
Tags: , ,

La nouvelle se répand bruissante dans toutes les bibliothèques : biblio-fr s’arrête. Dans un premier temps (personnel) je m’en veux d’avoir écrit ce billet qui a provoqué moult réactions (une collègue est même venue me voir en me regardant comme un meurtrier virtuel smileys Forum), dans un deuxième temps une grande impression de vide, m’a envahi, comme beaucoup d’entre vous j’imagine, devant cette perte symbolique aussi irréelle dans son annonce que le serait la disparition de l’ABF.

Cette disparition était, je le sais, évoquée par Hervé Le Crosnier bien avant mon billet, et nul n’imaginera – j’espère bien ! – que j’aie le pouvoir d’anéantir une liste de diffusion comptant plus de 17 000 abonnés, ce qui me rassure.
Quant à cet arrêt de la liste, lisez bien le message de Sara et Hervé jusqu’au bout : « Nous diffuserons toutes les idées qui pourraient s’inscrire dans la suite de l’aventure de biblio-fr : si vous voulez créer un site web, un blog, une autre liste de débat… qui participe du projet global d’intéresser les
bibliothécaires, nous diffuserons votre message. À vous de trouver les mots, de convaincre vos lecteurs.
 »

Biblio-fr ne s’arrête pas vraiment, il fait appel à l’intelligence de ses presque 18 000 abonnés actuels (et aux désabonnés). C’est un défi qui sollicite le recours à la collectivité des bibliothécaires et personnes intéressées par les bibliothèques. Cette dimension collective à laquelle les bibliothécaires se disent tellement attachés…

Alors, à vos claviers ! Faisons surgir les suggestions d’une communication adaptée à des milliers de bibliothécaires souvent maladroits dans la manipulation des outils du web 2.0, mais avides d’informations souvent triviales, de débats sur des questions parfois dérisoires, tellement avides !!

Mais ne proposons pas de refaire un « couteau suisse » de l’information bibliothécaire : les questions techniques de gestion professionnelle disposent désormais d’un service de Questions-Réponses ad hoc grâce à l’Enssib, offres et demandes d’emploi gagneraient à disposer d’un fil spécifique, etc. Il faudra à mon avis proposer des pistes complémentaires, et non tellement généralistes qu’elles en deviendraient cacophoniques.

Bref, et comme toujours avec biblio-fr, c’est nous qui avons la parole, cette fois-ci pas pour demander, informer ou récriminer, mais pour construire un nouveau visage à biblio-fr… Merci à Hervé et Sara pour offrir cette ultime opportunité !

Et il va bien falloir maintenant que je participe aussi à cette réflexion collective smileys Forum . Rendez-vous donc encore sur biblio-fr !!

Publicités

14 commentaires »

  1. C’est effectivement une grande opportunité que de soumettre de nouveaux projets visant à remplacer biblio-fr par un autre outil (plus performant ?). Espérons que ce qui en sortira en vaudra la peine.

    Commentaire par Axel — jeudi 4 juin 2009 @ jeudi 4 juin 2009

  2. […] 2 : Bertrand Calenge relève la fin du message d’arrêt de Biblio-fr. Du coup, ce message prend une saveur […]

    Ping par Jamais plus je ne pourrai publier sur Biblio-fr « Encore un biblioblog… — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  3. « nul n’imaginera – j’espère bien ! – que j’aie le pouvoir d’anéantir une liste de diffusion comptant plus de 17 000 abonnés »

    Non, rassurez-vous Bertrand, personne ne l’imagine ; on est futiles, « avides d’informations triviales », mais on garde le sens des réalités ; en d’autres termes, on est en mesure de prendre l’exacte mesure de vos propos. Elle est toutefois bien ambiguë, cette protestation ; elle résonne comme une dénégation. C’est le problème avec les chefs : ils ont une si haute idée d’eux-mêmes qu’ils ne manquent jamais une occasion d’exposer leur fantasme de toute puissance.

    Mais j’entends surtout réagir à ça : « des milliers de bibliothécaires souvent maladroits dans la manipulation des outils du web 2.0, mais avides d’informations souvent triviales, de débats sur des questions parfois dérisoires, tellement avides !! »
    Qu’on soit « maladroits dans la manipulation du web 2.0 », ce serait plutôt rassurant, de mon point de vue. Cela laisserait entendre que les collègues savent faire la différence entre l’essentiel (lectures, appropriation des savoirs) et l’accessoire (les outils) ; et qu’ils tiennent le discours technophile à l’honneur dans la profession pour l’une des expressions les plus remarquables de la niaiserie contemporaine.
    Par contre, qu’on soit « avides de questions triviales » me laisse perplexe. Qu’avez-vous en tête ? S’il s’agit de certains grands débats de feu biblio.fr (le poids des cartables, Greg le millionnaire…), on est d’accord. Je doute toutefois que votre jugement prenne en compte la trivialité professionnelle dans sa dimension véritable. Exemple : l’impérialisme de la langue managériale, qui imprègne toute la littérature professionnelle (au sens large : des travaux de recherche à la rédaction des offres d’emploi), ne la trouvez-vous pas triviale ? Cette complaisance à manier un vocabulaire vide de sens mais qui impressionne ou veut montrer qu’on est dans le coup (un conformisme, en somme) n’est-elle pas obscène ?

    Une dernière chose, qui n’arrangera pas mon cas : vous pouvez continuer à me censurer. Car au fond, l’essentiel n’est pas d’être publié sur un blog, mais que son propriétaire, surtout s’il a votre statut, sache qu’il n’oeuvre pas en terrain conquis et qu’il suscite d’autres réactions que celles, dérisoire, du prénommé Axel.

    Aimable

    Commentaire par aimable — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  4. Avec la disparition du service d’offres d’emplois de la liste biblio-fr, le métier perd un outil irremplaçable ; aussi bien pour ceux qui recrutent que pour ceux qui cherchent un poste. À l’heure d’une montée importante du chômage, d’une remise en question de certaines sources de financement des collectivités locales et de menaces sur le statut même de la fonction publique territoriale (voir : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1393.asp), ce n’est pas un signe encourageant pour la profession. Les annonces JOBILISE étaient la seule chose que je regardais systématiquement à chaque nouvelle livraison de la liste. Combien de personnes ont trouvé un emploi par ce biais ? Il sera vraiment difficile de re-créer un service diffusant gratuitement à 17000 personnes des offres d’emplois dans tout les domaines des bibliothèques et de la documentation sur tout l’espace francophone. Il sera difficile de re-créer un tel panorama régulier de l’offre permettant à tout un chacun de juger de ce que les employeurs demandent en terme de qualifications et de compétences. Les sections emploi des sites des CDG ou de la FNCDG ne sont pas des outils aussi pratiques et aussi globaux. Supprimer ne serait-ce que ce service là au motif – abusif à mon point de vue – que le la liste n’est plus un espace de débat constitue un énorme gâchis…

    Commentaire par Gaspard — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  5. @ Gaspard,

    C’est oublier que cette liste n’était pas un « service » au sens où nous l’entendons dans nos établissements. C’était le fruit d’une conviction bénévole, partagée par Hervé et Sara pendant plus de 15 ans, avec le voeu – comme ils le rappellent dans leur message – d’offrir un espace de débats. Si les débats sont noyés, je trouve quant à moi normale leur décision.
    Il est assez remarquable que les initiatives personnelles devenues utiles voire indispensables au cours du temps, ne soient que rarement relayées sur deniers publics ou par des équipes d’acteurs enthousiastes. Rappelez-vous le triste destin de « Mauvais genres », ce site indispensable aux gestionnaires de rayons de policiers et autre SF, pour lequel son créateur et animateur Bernard Straimchamp frappa à toutes les portes en vue de voir relayé son effort bénévole devenu insoutenable avec le succès… et qui finit par jeter l’éponge. Ne serions-nous pas également coupables, plus consommateurs d’un service qu’acteurs ?

    Si ce qu’était devenu biblio-fr est aujourd’hui jugé par beaucoup indispensable, ce sont quand même les mêmes bénévoles solitaires qui ont assuré toute la charge !

    Commentaire par bcalenge — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  6. @ aimable,

    Je n’ai pas laissé passer ce commentaire pour affirmer que je n’exclus pas la mauvaise foi ou l’acharnement ad hominem des commentaires sur mon blog (au contraire !)

    Mais je le fais parce que vous n’avez rien compris, et donc (et seulement) je n’aimerais pas que d’autres rencontrent la même mésinterprétation. La « maladresse dans le web 2.0 » n’est pas du mépris, mais une claire conscience des outils très majoritairement pratiqués, et la « trivialité » signifie simplement qu’il est bien des questions qui ne se situent pas justement dans la sphère théorique ou stratosphérique. Tout compte fait notre travail nous enseigne à connaître les préoccupations et les usages de nos publics comme de nos collègues, et nous sommes là pour les servir.

    Bref, c’était juste un appel à ne pas remplacer la ‘triviale’ et efficace (du point de vue de l’audience) simplicité de biblio-fr par des usines à gaz réservées à quelques élites…

    Commentaire par bcalenge — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  7. Il s’agissait bien d’un service. Pas au sens d’un service public mais enfin tout de même ayant fortement à voir avec des structures publiques même si pas uniquement. Bien des services que l’on pourrait qualifier de publics – je ne parle pas là nécessairement de la lecture publique ou de la documentation – sont assurés par des structures bénévoles subventionnées ou non d’ailleurs. La clôture de la liste n’est pas explicitement motivée par la charge de travail – que je ne remet pas du tout en question – que sa maintenance imposait à ses gestionnaires bénévoles. Si le problème était vraiment un manque de bénévoles, que n’ont-ils alors fait appel à ceux-ci via la liste ? Ils n’auraient certainement pas manqué de personnes pour les aider.

    En outre, la logique de consommateurs que vous semblez dénoncer ne s’applique guère au principe d’une liste de diffusion puisque le contenu de celle-ci est par définition fourni par les utilisateurs – les « consommateurs » – eux-mêmes. Soi dit en passant, parler de consommation concernant la recherche d’un emploi – comme si on consommait désormais des offres d’emplois, des emplois ou des employés – est assez significatif d’une mentalité profondément malsaine qui semble-t-il touche aussi et touchera de plus en plus le management des services publics ou ce qui va en rester. Je regrette vraiment la disparition de la diffusion des offres d’emplois sur biblio-fr. Je crains fort que ce service – j’insiste sur ce mot – ne soit pas remplacé par un autre aussi fédérateur. Et je ne vois pas en quoi cela relève de la réflexion d’un consommateur mécontent. Cela peut à la limite se concevoir comme la réflexion d’un usager d’un service bénévole dont il a certes profiter mais auquel il a pu aussi contribuer – ceci dit concernant les offres d’emplois tout le monde n’est pas forcément en mesure d’en proposer une… Au passage, je remet le lien sur la proposition de loi instituant la liberté de recrutement par les collectivités territoriales, qui ne marchait pas sur mon précédent commentaire : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1393.asp

    Enfin concernant le but initial de la liste qui était de débattre. Les débats sur biblio-fr étaient de toute façon souvent confisqués par quelques sommités imposant leurs opinions d’autorité. S’agissant de débattre sur l’Internet, une liste de diffusion ou un blog me semblent beaucoup moins appropriés qu’un forum par exemple. Enfin, si il s’agit réellement de débattre, commençons déjà par le faire sur nos lieux de travail, dans les organisations professionnelles ou les syndicats et que ceux qui souhaitent apporter leurs points de vue le fassent via tout les vecteurs de communication possibles,

    Cordialement.

    Commentaire par Gaspard — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  8. @ Gaspard,

    Rapidement deux points :

    – l’incrimination des ‘consommateurs’ ne vise pas à condamner « les autres » : je m’inclus dedans ! Quand un service (soit, acceptons le terme, mais alors de la façon dont on le vit) devient habituel, quotidien, et pourquoi pas quasi-nécessaire, on le consomme par la lecture ou par l’envoi de messages, sans vraiment se préoccuper de sa gestion ni de ses objectifs premiers. C’est humain, et je reconnais que mon billet initial (« j’en ai marre… ») relève aussi en bonne part de cette attitude de consommateur.

    – mille fois d’accord avec vous sur la meilleure pertinence du forum pour des débats ou échanges. Mais d’une part il faut trouver aussi le meilleur outil pour les demandes et offres d’emploi, et surtou en prévoir l’animation et la modération… Donc Hervé et Sara nous disent aussi avec raison : bossez un peu, vous aussi !!! Certains y travaillent déjà, rejoignons-les activement lorsque le projet sera mûr.

    Commentaire par bcalenge — vendredi 5 juin 2009 @ vendredi 5 juin 2009

  9. Bertrand et les autres,

    Je crois que le mieux est d’en débattre.. sur Biblio-fr !

    Commentaire par JM Salaun — samedi 6 juin 2009 @ samedi 6 juin 2009

  10. Il me semble qu’un forum peut se gérer bien plus facilement qu’une liste de diffusion, avec une partie d’autogestion sous la forme : « Signaler un abus », le modérateur n’intervenant que dans le cas où un lecteur aurait « dénoncé » un message.
    De toute manière, il me semble incontournable de trouver une solution pour appliquer une modération a posteriori plutôt qu’a priori.

    @JM Salaun : je suis désolé, j’ai trop pris l’habitude de débattre sur les blogs, dans les commentaires. Je ne suis pas « à l’aise » sur une liste de diffusion. C’est un peu votre faute, d’ailleurs : c’est lors de vos formations à l’Enssib (la lointaine époque où vous y étiez !) que vous m’avez intéressé à cette univers-là !
    Je suis arrivé sans doute dans la profession après « la belle époque » de Biblio-fr, après l’époque où les débats dominaient et où cette liste de diffusion était perçue comme lieu de débats avant tout.

    Commentaire par Lully — lundi 8 juin 2009 @ lundi 8 juin 2009

  11. @JM Salaün : je précise un peu ma pensée concernant le choix d’intervenir en commentaires sur un blog ou sur Biblio-fr. J’ai le sentiment (et ne suis pas le seul) que sur les blogs la « pensée » se construit à plusieurs, par la rédaction du billet puis la succession des commentaires invitant l’auteur du billet, mais aussi les commentateurs, à redéfinir son idée initiale, voire à la remanier complètement.
    Donc dans mes billets comme dans mes commentaires, je laisse voir une réflexion « en mouvement », non achevée.
    J’ai l’impression que le même message publié sur une liste de diffusion serait lu comme avis définitif de ma part sur une question, avec tous les risques de critiques que cela comporte.
    Il y a peut-être une forme de lâcheté là-dedans, mais plutôt, je crois, une autre manière de raisonner, une manière collaborative. Qui, d’ailleurs, construit et soude davantage la « communauté » qui y participe.

    Commentaire par Lully — lundi 8 juin 2009 @ lundi 8 juin 2009

  12. @Lully

    Je plaide donc coupable ;-).

    Mais je précise mon injonction : bien sûr les blogues ont la très grande vertu de permettre à une pensée personnelle de se construire progressivement dans ou sans le dialogue. Mais le gros pb des blogues est d’enfermer cette pensée dans un petit monde d’habitués, critiques, complaisants ou hargneux et aigris parfois. La grande vertu d’une liste de diffusion et tout particulièrement de Biblio-fr est d’élargir l’audience. Cela est paradoxal puisque la liste est fermée (mais ses archives sont ouvertes) et le blogue grand ouvert sur le net. Mais c’est un paradoxe de la communication : la fermeture favorise la lecture multiple par l’effet de club (on partage le même patrimoine), l’ouverture favorise l’élitisme par l’effort du choix (on va lire untel).

    Je suis très frappé de la différence de ton et des arguments que l’on trouve depuis l’annonce de Hervé et Sara entre les doctes débats sur les blogues qui en quasi-totalité se réjouissent de cette décision au nom d’une modernité qu’ils croient représenter et les regrets et le manque soulignés par les très nombreux messages de la liste.

    Commentaire par JM Salaun — mercredi 10 juin 2009 @ mercredi 10 juin 2009

  13. […] absurde : j’ai une vision exclusivement “technophile“, je suis un obsédé, et je ne vois pas que ce que je propose ne répond absolument pas au […]

    Ping par Construire l’après-biblio-fr : petite proposition pour la veille « Encore un biblioblog… — vendredi 12 juin 2009 @ vendredi 12 juin 2009

  14. […] et la pensée y est presque consubstantiellement évolutive. C’est un peu ce que je disais dans ce commentaire chez Bertrand […]

    Ping par De la difficulté technique des blogs et RSS par rapport aux listes de diffusion « Encore un biblioblog… — mardi 16 juin 2009 @ mardi 16 juin 2009


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :