Bertrand Calenge : carnet de notes

samedi 15 août 2009

Bibliothécaire selon Larry Beinhart

Filed under: Non classé — bcalenge @ samedi 15 août 2009
Tags:

« Elle a ajouté, sur un ton plus conventionnel :
– Dites-moi ce que c’est, un bibliothécaire.
– C’est le contraire de tout ce que Stowe [un méchant dérisoire, lisez le roman !] représente, si l’on veut bien y réfléchir – ce que je fais depuis quelque temps. Une sorte de communisme, sans l’idéologie ou Marx ou toutes ces conneries. Notre métier, c’est de distribuer du savoir. Gracieusement. Entrez, s’il vous plait, entrez, prenez un peu de savoir gratis, non, ce n’est pas plafonné, continuez, vous pouvez vous en gaver, non, ce n’est pas une arnaque, ce n’est pas un échantillon gratuit pour vous appâter et vous facturer plus tard, ou bien pour vous tapisser l’esprit de logos et de slogans. Un bibliothécaire n’a pas un statut social très élevé, et nous ne gagnons pas non plus beaucoup d’argent ; plus qu’un poète bien sûr, mais moins qu’un type qui sait bien faire la manche. Alors nos idéaux comptent beaucoup pour nous, et aussi l’amour des livres, l’amour du savoir, l’amour de la vérité et de la liberté d’information, le désir que les gens puissent découvrir les choses par eux-mêmes. Qu’ils puissent lire, oh, des histoires d’amours ou des romans policiers, ce qu’ils veulent. et que les pauvres puissent avoir accès à Internet.
– Vous êtes un type bien. »

Larry Beinhart a reçu le Grand prix de littérature policière 2006 pour son roman « Le bibliothécaire » (en France chez Gallimard, Folio policier).

Merci Larry smileys Forum

Publicités

2 commentaires »

  1. Oui, merci Larry !

    Commentaire par Axel — samedi 15 août 2009 @ samedi 15 août 2009

  2. Bonjour

    « Le désir que les gens puissent découvrir les choses par eux-mêmes »… C’est effectivement une belle profession de foi. Cependant, si on remplace dans cette citation « les gens » par « les enfants » ou « les adolescents » ne trouvez-vous pas que cette profession de fois ressemble alors furieusement au credo de la pédagogie moderne de la construction par l’élève de ses propres savoirs ?

    Il est vrai qu’on pourrait se féliciter d’un tel rapprochement entre le métier d’enseignant et celui de bibliothécaire, tant existe cet espoir chez de nombreux pédagogues de voir l’école fonctionner comme une bibliothèque.

    Pourtant je suis de ceux qui pensent que bibliothécaires et professeurs ne devraient pas parler d’une seule et même voix et qu’il faut bel et bien un maître pour acquérir rigoureusement un socle commun de connaissances, et un bibliothécaire pour dépasser ce socle.

    Autre chose : alors que notre métier lutte pour sa survie, pouvons-nous encore nous prévaloir du luxe de la transmission désintéressée du savoir ?

    Jean Colombani
    Ancien emploi jeune en école primaire
    Assistant Qualifié de Conservation (en recherche de poste).

    Commentaire par johnmarguerite — dimanche 16 août 2009 @ dimanche 16 août 2009


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :