Bertrand Calenge : carnet de notes

lundi 6 octobre 2008

Un portail pour chaque bibliothèque ?

Filed under: Non classé — bcalenge @ lundi 6 octobre 2008
Tags: ,

Un fait divers m’a été rapporté récemment : lors du concours d’AQC ouvert par le CNFPT dans l’une des régions française (le dernier géré par le CNFPT pour ce cadre d’emploi avant le passage de relais aux centres de gestion), un candidat optimiste s’est vu assener par un membre du jury : « Et vous croyez que j’ai les moyens, dans ma petite commune, de monter un portail sur Internet ?!! ».

D’abord, c’est quoi un portail ? A ma connaissance, « Un portail Web (de l’anglais Web portal) est un site Web qui offre une porte d’entrée unique sur un large éventail de ressources et de services (messagerie électronique, forum de discussion, espaces de publication, moteur de recherche) centrés sur un domaine ou une communauté particulière. » (Merci Wikipedia !). Une grande ambition, certes !

La tentation naturelle d’une bibliothèque sera de mesurer ses forces et compétences internes à l’aune de ce défi pour ses propres services (tiens, à Lyon par exemple, ou à la BnF, ou à la Queens Library…). Et effectivement, l’offre documentaire et de services d’une petite bibliothèque publique ne peut en aucun cas aligner une telle richesse… Mais attend-on nécessairement cela de sa part ? Et surtout, est-ce toujours à elle d’être pilote d’un tel portail ?
Bien sûr, on me dira que les déficits de la coopération entre bibliothèques sont en cause. Bien sûr, on me dira que la dispersion des structures publiques est nuisible (toujours 36 000 communes qui peinent à réaliser des structures intercommunales en matière de bibliothèques, des universités qui commencent à peine à réaliser que la fusion vaut mieux que l’éparpillement). Mais le renoncement est-il vraiment partagé ? Deux exemples me viennent à l’esprit, que je livre à votre sagacité :

Le premier est hypothétique. Après le succès réel et continu du Guichet du Savoir, plusieurs collègues m’ont affirmé être plus qu’intéressés par le principe, mais s’interrogeaient sur leur maigres capacités à répondre à l’ensemble des enjeux posés par un tel service. A titre personnel, j’avais répondu que, compte tenu de la disponibilité d’outils libres ad hoc (outils de forum dans le cas du Guichet), rien n’était plus simple que de mettre en oeuvre un tel service en en limitant la portée à leurs propres compétences, en l’occurrence l’information sur leur – plus ou moins petite – région, canton voire commune. Puisque là devait être leur savoir indiscuté. Après tout, c’est bien à l’artisan local qu’on demande la spécialité locale, non ?

Le second est réel. J’ai rencontré il y a de nombreux mois des responsables passionnés de la bibliothèque de St Apollinaire de Rias. Vous connaissez, bien sûr… Non ? Vous avez tort ! St Apollinaire de Rias est une métropole « en passe d’atteindre les 160 habitants » (source) au coeur de l’Ardèche. Non, je ne me moque pas. Car les animateurs de la bibliothèque sont aussi ceux de l’association du village, et ce sont eux qui ont créé et font vivre le site – avec l’appui de la BDP, ne l’oublions pas !-, site qui fait de la vie du village un enjeu aussi important -voire plus – que le succès de la seule bibliothèque,  qui tout de même au regard des normes officielles dépasse largement les 50% de la population inscrite et emprunteuse ! Ce site qui, comme me le disait avec fierté une animatrice, était largement consulté par de fidèles vacanciers parisiens perdus en hiver dans leurs brumes parisiennes (elle guettait les statistiques !). Allez voir leur site (avec ses défauts….) : St Apollinaire de Rias est une cité qui vit avec sa bibliothèque, ou plutôt la bibliothèque vit avec son village !

Qu’est-ce qu’on attend d’un portail ? Un substitut ou un concurrent des moteurs de recherche ? Une alternative à l’ordonnancement des étagères ?
Une échappatoire utilisant des ressources électroniques que nous ne maîtrisons plus ?
Ou un lieu de vie et de savoir à la dimension de la collectivité servie ? Ou un espace, modeste souvent et ambitieux parfois, à la mesure des services qu’inconsciemment la population servie « sent » devoir attendre de chaque institution bibliothèque particulière ?

Advertisements

Un commentaire »

  1. Un portail pour chaque bibliothèque :

    Oui !
    Bien sûr !!!

    A quoi s’arrêtent les projets intercommunaux ?

    – à la distance en kilomètres que la population est prête, ou non, à parcourir suivant l’importance des services offerts (vis-à-vis du coût de déplacement)

    Plus quelques rivalités politiques indéniables.

    Avons-nous ce problème sur Internet ?

    Non.

    Pas de distance, nous sommes peut-être 33 685 communes, mais sur le Net nous sommes tous accolés les uns aux autres.

    Avons-nous des rivalités politiques ?
    Peut-être, peut-être pas. En tout cas, sans doute beaucoup moins que les élus qui ont le besoin d’être réélus. Et notre idéal de lecture publique, nos obligations de fonctionnaire sont là pour balayer ces éventuelles rivalités.

    Si Bertrand a donné une définition du portail Web, je lui préfère celle-ci (toujours Wikipedia, un peu plus bas) :
    « Les portails sont souvent des sites communautaires qui tentent de rassembler un ensemble de services susceptibles d’intéresser les internautes.
    La force des portails réside souvent dans la communauté qui les entoure. »

    Je la préfère, parce qu’elle donne le ton :

    – un site communautaire qui tente (qui tente : où l’on fait ce que l’on peut, sans avoir besoin d’ouvrir des espaces redondants de communication, forum, messagerie, etc.) de rassembler un ensemble de services susceptibles d’intéresser les internautes.

    Et dont la force réside dans la communauté qui l’entoure.
    Autrement dit : dans les bibliothèques, centres de documentation, etc., alentours… et même bien au-delà. Car rien n’interdit d’utiliser le Guichet du Savoir pour renseigner un de ses propres usagers… comme rien n’interdit non plus un(e) bibliothécaire du Guichet du Savoir Lyon de poser une question précise à la bibliothèque d’une petite commune pour obtenir une réponse.

    Même si nous ne le savons pas encore, nous sommes une communauté.

    Chaque portail n’est qu’une fenêtre de cette communauté.
    Plus il y en aura, et plus notre communauté aura de fenêtres ouvertes sur le monde.

    « Qu’est-ce qu’on attend d’un portail ? »

    La même chose qu’une bibliothèque physique, portail de la commune-communauté.
    Un lien, un lieu d’accueil et des réponses à nos questions de tous les jours ?… ou d’un seul jour ! 🙂

    Bien cordialement
    Bernard Majour

    Commentaire par B. Majour — samedi 11 octobre 2008 @ samedi 11 octobre 2008


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :