Bertrand Calenge : carnet de notes

lundi 25 août 2008

Pourquoi t’es bibliothécaire ?

Filed under: Non classé — bcalenge @ lundi 25 août 2008
Tags:

Ce matin, mon plus jeune fils m’a asséné son évidence :

« C’est normal que tu lises beaucoup, tu es bibliothécaire »

« Oh tu sais, on ne passe pas son temps à lire, au contraire ! »

« Oui, peut-être, mais tu aimes bien les livres ! »

« ? »

« Ben, quand on est bibliothécaire, c’est qu’on aime les livres ».

A la réflexion, je me rends compte qu’au fond ce n’est pas par amour des livres que j’aime mon métier. Cela a sans nul doute joué en début de ma carrière, plus d’ailleurs sous l’angle de l’amour du savoir que de celui de ses contenants. Il me semble qu’aujourd’hui j’aime ce métier parce que je m’intéresse aux gens, à leur besoin de savoir, et qu’il est passionnant d’imaginer des stratégies diverses pour satisfaire ces besoins. Ces stratégies vont s’appuyer sur de la mémoire enregistrée, des lieux, d’autres acteurs. Les livres sont un moyen extraordinaire, mais ce ne sont que des moyens, et, j’ose le dire, si la beauté ou l’ancienneté de certains attire mon admiration (et un souci réel de leur préservation) elle n’entraîne pas vénération. Même si je crois profondément à la valeur de la mémoire, ne serais-je pas conservateur ?

De plus, ayant l’esprit concret, je suis attaché à la territorialité de la bibliothèque. La bibliothèque universelle, très peu pour moi : je n’ai pas l’esprit assez large pour embrasser l’humanité entière. Une ville, un département, (ou une université) avec une histoire, des tensions, des mouvements, bref une population, voilà qui a du sens, qui permet de cadrer l’action (voir ici)

Ce point de vue est personnel, mais c’est celui qui me permet de ressentir une continuité de fonction de ce métier à l’heure des réseaux électroniques, des bibliothèques hybrides, de la diversification des pratiques d’information.

Mais quand je lui ai dit (à mon fils) qu’on pouvait être bibliothécaire sans livres, sa réponse a été définitive : « C’est pas possible ».

Et vous, pourquoi vous êtes ou voulez être bibliothécaires ? Et si vous ne l’êtes pas, comment nous voyez-vous ?

Advertisements

12 commentaires »

  1. 1er commentaire :
    Attention votre jeune fils a voulu dire : tu es bibliothécaire => tu aimes lire et pas le contraire.
    Je trouve ça intéressant d’analyser l’assertion dans le sens de votre fils pour qui votre métier fait partie de l’image qu’il a de vous. Il vous a toujours connu bibliothécaire. Aimer lire est la conséquence, le résultat de votre métier.
    Il faudra lui répondre qu’il n’est pas nécessaire d’être bibliothécaire pour aimer lire !

    2ème commentaire :
    C’est fou comme l’on associe le fait de lire au métier de bibliothécaire. Une amie de mon mari m’a demandé un jour ce que je faisais comme métier. Comme ingénieur systèmes d’information documentaires est trop compliqué et nécessite des explications sans garantie de compréhension, j’ai dit bibliothécaire-documentaliste. Elle m’a répondu : « ah ben oui, tu aimes lire ». Quoi répondre ? cf votre billet.

    Commentaire par DLH — mercredi 27 août 2008 @ mercredi 27 août 2008

  2. […] par Lionel Dujol ” Pourquoi t’es bibliothécaire ?”. Bertrand Calenge nous pose cette question sur son bloc note. Spontanément j’ai répondu “Pour les non usagers”. Une réponse un peu […]

    Ping par Bibliothècaire pour les non-usagers. « La bibliothèque apprivoisée — jeudi 28 août 2008 @ jeudi 28 août 2008

  3. Il faut être attentif que cette « territorialité de la bibliothèque » ne se fasse pas aux dépends des principes énoncés par la charte des bibliothèques et le Manifeste de l’Unesco sur la bibliothèque publique. Une légitime attention portée au local ne doit pas faire oublier la nécessité pour la bibliothèque d’être pleinement intégrée au réseau global de l’information. En résumé, soyons glocals ! NB

    Commentaire par mediamus — vendredi 29 août 2008 @ vendredi 29 août 2008

  4. @ mediamus : je maintiens mon assertion : ce sont les besoins du local (la population qu’on sert) qui conditionnent le global (se mettre en réseau pour mieux servir le local). L’inverse conduit parfois à des aberrations de réseaux, coûteuses autant qu’inutiles, dont nous avons connu quelques exemples. Tiens, merci, ça me donne une idée de billet.

    Commentaire par bcalenge — vendredi 29 août 2008 @ vendredi 29 août 2008

  5. Je suis bibliothécaire par goût principalement de la lecture. Je ne me promène jamais sans un livre. Mais le lieu où je lis le moins est justement la bibliothèque ou plus exactement la médiathèque . D’autres occupations prennent tout mon temps !

    Commentaire par Amaryllis — samedi 30 août 2008 @ samedi 30 août 2008

  6. Je suis bibliothécaire car je n’étais pas doué en électro-mécanique… réponse plus approfondie déjà faite ici. Euh, parfois mon fils me dit que je suis bibliothécaire pour faire le chef… le sous-chef, même, quand il a envie de me faire plaisir ! Je l’excuse, il n’a pas encore atteint l’âge de raison.

    Commentaire par tacheau — lundi 1 septembre 2008 @ lundi 1 septembre 2008

  7. @ Olivier (tacheau) . Merci, je n’avais pas lu ce billet auparavant, mais j’ai bien aimé !

    Commentaire par bcalenge — lundi 1 septembre 2008 @ lundi 1 septembre 2008

  8. J’aspire à devenir bibliothécaire car ce métier représente un vrai luxe : informer, conseiller des gens sans rien leur demander en échange. Pas de passage en caisse (du moins pas directement). Bref, comme vous disiez, l’amour du savoir et de l’accès à la connaissance.

    Commentaire par Myrrhin — vendredi 5 septembre 2008 @ vendredi 5 septembre 2008

  9. Je vais répondre lacunairement, spontanément :
    « Je suis devenu bibliothécaire pour emprunter tout ce que je voulais et avec la quantité que je voulais »

    Dans mes fréquentations des bibliothèques quand j’étais enfant ou adolescent, j’étais toujours frustré… Je négociais toujours le nombre de prêt… je ne pouvais emprunter qu’un nombre limité d’ouvrages, de BD… Or, je suis parmi ses lecteurs qui lisent de manière « archipélique » si je peux me permettre ce néologisme. J’aime bien picorer de ci, de là… Commencer par le milieu… finir un livre, ne pas le finir…Lire de la poésie puis un bouquin technique sur le Web 2.0 (il est fou, celui-là ?) ou le dernier roman à la mode…

    Heureusement, depuis quelques temps, des expériences de prêt illimité se développent en bibliothèque. A Aix-en-Provence(13), vous pouvez atteindre le nb de documents limite (16) avec le support de votre choix sauf pour les DVD.(http://www.citedulivre-aix.com/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=3)
    A Martigues (13), aussi le prêt est illimité sauf pour les DVD…

    Bonheur…

    Je sais, ma réponse est lacunaire : volontairement…

    d’où aussi, si je fais une immense ellipse, le nom de mon blog : la mémoire de… mémoires qui me fascinent..

    Silence (de la Mémoire)

    Commentaire par La Mémoire de Silence — samedi 6 septembre 2008 @ samedi 6 septembre 2008

  10. Bonjour,
    cela m’arrive aussi de m’interroger sur les raisons qui m’ont poussée à devenir bibliothécaire. Il y a bien sûr les souvenirs émus que j’ai gardés des mercredis de mon enfance passés dans la section jeunesse d’une bibliothèque de quartier, vautrée sur des coussins à dévorer tous les livres qui me tombaient sous la main. Mais cela n’est pas suffisant pour aimer son travail au quotidien et dans la durée.
    Je pense comme vous qu’il y a aussi une part de fierté et de plaisir à brasser des savoirs, à aider les gens à s’y retrouver dans la masse d’informations disponibles, et surtout à le faire gratuitement.
    Mais je crois qu’il y a encore une autre raison, plus forte peut-être que les précédentes, qui a présidé à ce choix : c’est le sentiment de puissance et de maîtrise que l’on éprouve à classifier le monde en savoirs, en catégories documentaires, en cotes, en thésaurus, en outils de recherche bibliographiques. Avoir le pouvoir de nommer les choses, c’est déjà se les approprier. Attribuer une cote ou un mot-clé à un ouvrage, définir une politique d’acquisition, c’est une manière de donner un ordre, une cohérence au monde qui nous entoure.
    De prime abord, ce motif peut sembler beaucoup moins noble que les précédents et très « conservateur », au sens politique du terme : cela rejoint les clichés sur les bibliothécaires psychorigides qui ne savent qu’appliquer une norme ou un règlement à la lettre, sans discernement ni fantaisie.
    Mais en y réfléchissant plus avant, je trouve au contraire que c’est un défi exaltant : le bibliothécaire sait qu’il a toujours une longueur de retard sur les savoirs qui évoluent, les disciplines qui se croisent, les genres musicaux qui fusionnent, les nouveaux médias qui se créent… et son rôle est justement d’être à l’affût de ces frémissements, pour s’adapter au plus vite, trouver des solutions, de nouveaux outils, qui lui permettront, pour un temps, d’être à la pointe du renseignement et du professionnalisme, de retrouver une forme de sérénité et de maîtrise dans cet univers fluctuant, et ce, jusqu’à la prochaine fois. Pour moi, cela répond aussi à un besoin vital de trouver un sens, un ordre, une rationalité à notre environnement, fussent-ils éphémères.

    Commentaire par Solenn — jeudi 11 septembre 2008 @ jeudi 11 septembre 2008

  11. […] (écho à M. Calenge) […]

    Ping par Pourquoi t’es bibliothécaire? (écho à M. C) « Bibenfolie — mardi 23 septembre 2008 @ mardi 23 septembre 2008

  12. […] { septembre 25, 2008 @ 8:12 } · { Uncategorized } { Tags: clin d’œil, thécaire } (écho à M. Calenge) […]

    Ping par Pourquoi t’es bibliothécaire? (écho à M. C) « Bibenfolie — jeudi 25 septembre 2008 @ jeudi 25 septembre 2008


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :