Bertrand Calenge : carnet de notes

Jeudi 25 février 2010

Médiation au défi de la sélection ? ou sélection au mépris de la médiation ?

Classé dans : Non classé — bcalenge @ Jeudi 25 février 2010

Labourons encore le champ immense des alternatives manichéennes, si propices aux résolutions simplistes. Comment fait-on des acquisitions ? La question ne vise pas les procédures particulières de tel ou tel établissement (encore que celles-ci ne soient pas indifférentes), mais plutôt le processus intellectuel qui génère chez un sélectionneur lambda le déclic de l’achat souhaité pour tel ou tel titre précis.
Lirographe pose le doigt là où ça fait mal :  est-ce qu’on ne ferait pas mieux de s’occuper des publics à servir et moins des supports proposés à leur convoitise ? Bon, je simplifie outrageusement, et son billet est empli de prudence et de perplexité. Mais il pose une question qui mérite qu’on s’y arrête : et si les bibliothécaires veillaient à se plonger dans les contenus et dans l’appréhension de ceux-ci par des publics, pour mieux médier ces contenus, et passer moins de temps à arbitrer entre 10 000 titres et supports divers, en s’égarant éventuellement dans des disputes byzantines pseudo-intellectuelles prenant le pas sur leur exigence de service ? Dans la sélection d’un titre, dans la constitution ou le renouvellement d’une collection, qu’est-ce qui est à l’ oeuvre ?

La réalité du processus de sélection

J’aime à penser que l’acte de sélection (d’un document, d’une ressource Internet,…) est pour des collections courantes au croisement de trois exigences simultanées :
- la curiosité plus ou moins experte portée aux contenus du champ de la sélection ;
- l’attention apportée aux besoins des publics, peut-être pas de tous les publics, mais au moins deceux dont on a repéré le cadre de leurs demandes réelles ou potentielles ;
- le constat d’un manque, d’une lacune plus ou moins criante, dans l’ensemble documentaire dont on a la responsabilité.

Ces trois exigences nécessitent ensemble des allers et retours constants et étroits entre la réalité d’une collection existante (incluant une bonne connaissance des ressources en ligne), l’empathie avec des publics présents ou recherchés, et une attention renouvelée aux contenus auxquels le sélectionneur est affecté. Cette imbrication profonde plaide pour un continuum posant les publics au coeur de la problématique, animation de la collection existante, acquisitions et désherbages venant nourrir le coeur du continuum.

Les impératifs de gestion rationnelle

Maintenant, il faut gérer le dit continuum avec des forces limitées, et alors il faut faire des choix logistiques. Ceux-ci obligent à une rationalisation des procédures. Lirographe s’interroge sur la validité de la sous-traitance de la sélection. Je pourrais également proposer une sous-traitance draconienne du désherbage (tout titre de plus de 5 ans n’ayant connu aucun prêt dans l’année précédente serait mécaniquement désherbé – pourquoi pas ?),  ou une soumission tout aussi mécanique aux avis positifs d’un ensemble de critiques sélectionnés. Sauf qu’on sait très bien que ce n’est pas si simple. Pourquoi ? Parce que les imbrications sus-mentionnées appartiennent à un même continuum…

La gestion d’une sélection efficace ne réside pas, à mon sens, dans l’externalisation (au sens de "échappant au bibliothécaire sélectionneur") de telle ou telle étape de son travail complexe, mais dans une approche plus globale et complexe du processus. Cela relève plutôt de l’encadrement organisé de la sélection (et des activités connexes de mise en ordre, de désherbage, etc.) : plans de développement de collections, protocoles de sélection, etc. Je ne reviens pas dessus, ayant suffisamment commis de livres et d’articles sur le sujet. Le véritable problème de la sélection, ce n’est pas tant le temps passé à cette dernière que d’une part son intégration concrète au sein d’un projet collectif à expliciter, et d’autre part son organisation en procédures collectives partagées (mise en oeuvre de paniers Electre ou autres, rythmes de sélection négociés, périodes délimitées d’opérations de désherbage, évaluations régulées de l’efficacité des collections proposées, etc.)

Il n’en est pas moins vrai qu’à certains moments, la mise en commun des expertises n’est pas inutile. Un exemple me vient à l’esprit : une bibliothèque en création doit constituer ses nouvelles collections en un temps record. Les bibliothécaires réfléchissent, compulsent bibliographies et font appel à de multiples partenaires pour leur prêter assistance. Mais voilà, ils manquent d’une compétence interne en littérature. Que faire ? On peut imaginer en ce cas de croiser la liste des romans "efficaces" (en termes de prêts) de quelques bibliothèques similaires et proches (et gérées avec la constance évoquée plus haut), pour constituer un noyau dur de titres à acquérir qui, sans nul doute, mériteront l’intérêt des prochains futurs lecteurs. En attendant, bien sûr, qu’une compétence littéraire puisse être affirmée au sein de cette bibliothèque et reprenne le flambeau…
Autre exemple bien connu, la dévolution d’une pré-sélection à des libraires spécialisés selon certains critères (ce que Lirographe évoque explicitement), bref des offices. Encore faut-il bien considérer cette facilitation comme un pré-tri qui n’exonère pas le bibliothécaire de ses interrogations quant aux contenus, donc … qu’il prenne du temps pour évaluer, peser, décider. Une sous-traitance délibérée et intégrale des acquisitions peut avoir des effets délétères sur la capacité médiatrice des bibliothécaires…

Et la médiation dans tout ça ?

Poser la médiation des collections en dehors des processus complexes de constitution, gestion et animation de ces mêmes collections (et – j’insiste – de toutes les ressources extérieures et en ligne qui peuvent apporter du grain à moudre), est un curieux et moderne postulat. L’avenir des restaurants réside-t-il d’abord dans la courtoisie du  maitre d’hôtel… ou dans la qualité du chef de cuisine qui invente mille saveurs ?  La particularité des bibliothèques, c’est qu’elles n’apportent pas en salle des plats mystérieusement concoctés dans d’inconnues arrière-cuisines, mais qu’elles disposent leurs chefs cuisiniers aux premiers rangs du service en salle. Alors, la tentation est grande de vouloir industrialiser la cuisine – ce qui ne se voit pas -, en faisant le pari que la médiation en salle enfin valorisée saura convaincre le client que la cuisine mécanisée et anonyme est absolument délicieuse… Et on aimerait bien que les bibliothécaires, définitivement débarrassés de ces tâches de "back-office", se consacrent alors uniquement aux relations avec les visiteurs.

Sauf que, je le répète, on ne peut pas conseiller un texte ou une musique ou un film sans y avoir goûté, sans en avoir éprouvé la texture, sans en connaître la connivence avec d’autres textes, disques ou films, et surtout sans en connaître la géographie cognitive au sein de la bibliothèque. Le "lecteur" est redoutable : il ne consomme pas la bibliothèque, il en éprouve la capacité de connivence, et s’il apprécie d’y retrouver parfois la "liberté nomade" du supermarché, il en attend toujours la parole experte à portée de main, en cas de besoin.

La gestion des collections au service de la médiation

Alors, s’il faut améliorer voire optimiser ce fameux travail de sélection, je conseillerais volontiers trois choses :

  • confier une responsabilité de "gestion thématique" à chaque bibliothécaire (je ne parle pas ici du grade). A elle ou lui la charge de faire vivre les contenus dont il a la charge : sélections, mais aussi désherbages, veille sur les sites pertinents et sur l’évolution des connaissances dans son domaine ;
  • encadrer collectivement cette responsabilité : créer des outils prévisionnels et des tableaux de bord de suivi, réguler les différents temps de l’activité de back-office et les opérations qu’il faudra programmer, encourager le dialogue et le débat, susciter le recours à des experts extérieurs, etc. ;
  • développer la capacité médiatrice : c’est là, sans aucun doute, le plus vaste chantier. Il va bien au-delà des capacités d’accueil et de dialogue, mais requiert à la fois une qualité d’échange avec l’utilisateur et une "culture de la bibliothèque" qui reste à construire. Cette dernière va nécessairement au-delà des seules compétences thématiques du bibliothécaire, certes sélectionneur par ailleurs… mais les situations de dialogue avec les utilisateurs ne se cantonnent pas au seul domaine dont traite le professionnel, même si parfois par bonheur on peut mettre face à face un questionneur sur un sujet et le bibliothécaire justement compétent sur ce sujet ! Alors, il faut  que chaque professionnel dispose simultanément d’une visibilité globale des ressources de la bibliothèque où il officie (et pour cela il faut formaliser, former, informer tous les agents), d’une habileté à transposer une question dans les rouages d’Internet et des abonnements en ligne, d’une capacité à entendre la problématique de son interlocuteur, et enfin – last but not least – d’exercer ses talents de repérage et d’analyse, jusque-là mis au service d’un thème spécifique, au service d’une demande souvent étrangère à ce thème.

Ce dernier point est essentiel. Les universités ont compris qu’on ne pouvait pas valablement développer une réelle médiation formatrice des bibliothécaires sans appliquer le talent bibliothécaire du ‘recherchiste’ à une discipline donnée – donc avec le soutien et la coopération avec les spécialistes du contenu. Et on voudrait que les bibliothécaires de lecture publique négligent leurs collections (donc les contenus) pour tomber de l’impasse d’une médiation sans appui sur les contenus ? Et cela en compagnie d’un public ô combien plus divers que celui des seuls étudiants ? Un bibliothécaire qui n’a pas à affronter une collection, qui n’a pas par ailleurs à arpenter continûment les ressources électroniques intéressant le thème dont il est chargé, est incapable d’assister valablement un usager perplexe, jusque dans les domaines dont il ne maîtrise pas les arcanes.

Même si pour sélection et médiation les deux termes sont des mots en "-tion", les processus qu’ils convoquent sont bien différents, tout en étant intimement entrelacés. La sélection interpelle le devenir d’une institution (collection) face aux besoins des publics qu’elle veut servir, la médiation dispose le bibliothécaire en accompagnateur du même public dans ses besoins de connaissance, que cet accompagnement l’entraine dans les collections sélectionnées ou dans bien d’autres chemins (pédagogie d’une littéracie, arpentage d’Internet, etc.). La sélection est un processus indispensable – mais non suffisant – à l’action médiatrice, mais la médiation déconnectée de cet arpentage sélectif des contenus qu’est le processus d’acquisition devient cognitivement stérile…

Alors il faut multiplier les outils rendant lisibles à tous les bibliothécaires les choix opérés par chacun d’entre eux,  ici inventer des méthodes industrielles temporaires, booster la logistique, fluidifier le processus très lourd des acquisitions. Mais pas en vue d’abolir  le temps de la sélection, au contraire pour construire la maturation de la rencontre entre un(e) professionnel(le), un contenu, ses supports incarnés ou ‘virtuels’, et des publics croisés quotidiennement. Bref pour donner à la médiation le temps, la profondeur, la richesse, la liberté de s’épanouir.

About these ads

10 Commentaires »

  1. Cher Bertrand Calenge,

    il est assez angoissant de lire un billet avec lequel on est entièrement d’accord… et de s’y trouver cité en contre-exemple !
    Vous semblez résumer mon propos à une idée principale : "Arrêtons de nous préoccuper des collections et faisons de la médiation !", établissant une opposition médiation/travail sur les collections qui, comme vous le dites très justement, n’a aucun sens. Ai-je vraiment écrit une chose pareille ?
    Dans ma modeste élucubration, parmi les avantages que je prête (hypothétiquement !) à l’externalisation sur profils, je cite successivement :
    - avoir un circuit où des protocoles de sélection très détaillés, objectifs et mis à jours en permanence est nécessaire
    - spécialisation, richesse et cohérence de l’offre documentaire (en particulier sur un réseau)
    - recul critique vis-à-vis du fonds, plus grand investissement des bibliothécaires dans la définition des objectifs de fonds.
    Bref, la plus-value que je souhaitais mettre en évidence ne relève pas de la médiation, mais bien de la qualité des collections relativement aux besoins, et d’une meilleure (imaginais-je) appropriation de ce circuit global (oserai-je dire : systémique) sur lequel vous revenez précisément.
    Qu’il y ait là une part d’utopie, j’en ai convenu, et j’en conviens toujours ! Pour autant, et bien que très flatté d’être cité sur votre blog – ayant, dois-je le dire, le plus grand respect pour vous -, je ne me reconnais pas dans l’opposition médiation/collection que vous évoquez ici.

    Il est intéressant que vous parliez des protocoles de sélection, car mon billet a été écrit à un moment où je m’interrogeais particulièrement sur les moyens à mettre en oeuvre pour rendre ce type de démarche active et vivante (et pas un référentiel de plus oublié quelque part dans l’ordinateur de l’acquéreur…). J’espère que votre billet donnera aux BM qui disposent de ce genre d’outils, et dont les acquéreurs se servent, et qu’ils mettent à jour régulièrement, l’occasion de se manifester et de témoigner !

    Bien cordialement,

    Lirographe

    Commentaire par Lirographe — Vendredi 26 février 2010 @ Vendredi 26 février 2010

  2. Cher Lirographe,
    Je croyais avoir été très prudent en vous citant, et avoir pris soin de ne pas attaquer votre position en elle-même. C’est peut-être un défaut chez moi : je profite des réflexions que m’attire un billet pour rebondir, plus sans doute que je ne réponds vraiment au billet… Je voulais juste souligner que, comme je l’écris, vous "avez mis le doigt là où ça fait mal".

    Donc, je l’acte bien volontiers, vous n’avez pas écrit qu’il fallait sous-traiter. Alors pourquoi ai-je commis ce billet sur ce sujet ? Parce que, je le pressens, la question commence à être posée par quelques gestionnaires aux réflexes économiques particulièrement aiguisés par ces temps de crise dans les ressources publiques. Si cela arrive, j’espère fournir quelques éléments de réflexion. Si cela n’arrive pas, j’espère contribuer à un recentrage nécessaire de l’opération de sélection (vécue comme une activité spécifique) dans une activité plus globale de médiation.

    Commentaire par bcalenge — Vendredi 26 février 2010 @ Vendredi 26 février 2010

  3. Comme si on pouvait séparer les deux bras d’un même corps.

    Pire, comme si un acquéreur (cuisinier) pouvait éviter d’écouter son public (client).

    Ne jamais écouter les besoins du public, c’est s’exposer à ne jamais le satisfaire.
    Ne jamais écouter les personnels en banque d’accueil pour développer sa collection (aussi pointue soit-elle) c’est rendre inopérant le choix de chaque sélection… s’ils ne sont pas partie intégrante de la sélection.

    Qui n’a jamais vu un grand chef cuisinier en salle ?
    Qui n’a jamais vu un grand chef de cuisine regarder ce qui se passe en salle ? Demander aux serveurs si les clients ont apprécié ?

    Et, le bon cuisinier ne choisit-il pas lui-même ses ingrédients ! Tous ses ingrédients.

    Externaliser la sélection, c’est aussi ouvrir la porte à l’externalisation du service aux usagers.
    Après tout, ne met-on pas des jolies filles très en chair pour vendre des voitures, dont elles ne connaissent absolument rien. (sauf cas exceptionnels)

    Dans les bibliothèques, cela se traduira sûrement par quelques étudiants, ou mieux des automates flambant neufs.

    Plus de sélection, totalité en automate.
    =
    Plus de corps.

    L’équation me paraît simple.
    On tombe à un bâtiment machine.

    Très beau sur le principe, sauf qu’il n’y a plus personne pour être au contact des usagers, plus personne pour comprendre (et devancer ?) ses besoins.
    Plus personne pour assouplir le règlement en cas de difficultés (physique, mentale, ou de simple compréhension)

    Autres points d’achoppement de l’externalisation.

    La mort de la chaîne du livre.

    On se doute bien que l’externalisation ne peut-être gérée que par des grands groupes (pour des questions de rentabilité… et de ce dernier mot va venir tout le reste).

    Grands groupes parisiens ? étrangers ?

    Services détenus par qui, si ce n’est par des éditeurs (avec un peu de chance, puisqu’ils s’y connaissent)… des gros éditeurs, appartenant à des grands groupes. (Question d’échelle et de rentabilité, n’est-ce pas)
    Dont on comprend bien tout l’intérêt de placer "leur" production (et uniquement leur production ?!)

    Sans tenir aucun compte des particularismes locaux.
    Quand on gère au national (pour des soucis de rentabilité), on ne se penche pas sur le local… ni sur les publics locaux. Chaque bibliothèque sera classée suivant une typologie précise et "en avant" les fournitures standards pour ce type de bibliothèque. (Type = on a les mêmes en BDP ! :-) )

    Public jeune, vieux, étranger, ouvrier, tertiaire, étudiant… on s’en fout.
    Public évolutif ??? (c’est quoi ça, un public évolutif ?)

    De plus, question de rentabilité, il faut aller vite… car le temps, c’est de l’argent.
    Eh oui ! Autant en fonction public, on peut prendre le temps (quitte à faire des heures sup non rémunérées), autant en privé, un sou est un sou ! (chaque minute de pause est comptabilisée)

    Regarder les petits éditeurs locaux, ça prend du temps… = pas rentable.
    Lire/voir/écouter des documents ??????? = pas rentable du tout. (nous le savons tous :-) )

    C’est ça l’externalisation : la rentabilité !

    On voit bien ce qu’elle donne au niveau de l’édition.
    Des prix en hausse, une qualité en baisse continuelle.

    Avec un gros tri à faire, même dans les offices des démarcheurs… avec la nécessité de s’adapter à son public (l’image que l’on a de son public ?)

    Une seule image centralisée (par les services externalisés), ou bien la diversité de ce que nous vivons, la diversité des choix… La diversité, c’est la vie.

    Pour finir, on se déportera sur un principe qui est au coeur de notre métier : la neutralité des collections !

    Google ou Bing sont-ils neutres pour le Net ?
    Les éditeurs sont-ils neutres dans leurs choix ?
    Politiquement neutres ?

    Sur le coup, j’ai de très gros doutes.

    De plus, combien de "bibliothécaires" y aura-t-il/y a-t-il dans ces services externalisés ?
    Combien ont suivi des études "d’acquisition" dans nos métiers ?
    Un critère de sélection pour les MAPA ?

    Ou alors "on" regardera juste le prix. :-))

    Bien cordialement
    B. Majour

    Commentaire par B. Majour — Vendredi 26 février 2010 @ Vendredi 26 février 2010

  4. Grand merci pour ce billet et pour le précédent. Disposer d’une analyse qui identifie et égratigne les "positions en présence" en les poussant dans leurs retranchements est un bon outil pour nourrir les inévitables débats qui rythment en ce moment la vie des bibliothèques (la mienne en tout cas et je ne pense pas m’avancer beaucoup en affirmant qu’elle n’est pas isolée)… Pour les nourrir en les dépouillant, justement, de ce qu’ils peuvent avoir de trop manichéen. Même à l’intérieur de notre petit cerveau professionnel (le mien en tout cas, et je ne pense pas etc. voir ci-dessus…), n’y a-t-il pas un bibliothécaire-médiateur (un bibliothécaire Quichotte) qui voudrait passer sa journée à sourire aux usagers, à les former, à les aider, dans une belle bibliothèque et arrêter de s’éreinter sur les procédures, le catalogage, les acquisitions ou l’administration des adresses IP… Et un bibliothécaire gestionnaire (un bibliothécaire Pança) qui voudrait bien que sa bibliothèque (et son site web et son SIGB) soit enfin propre, bien rangée, bien pourvue et bien organisée ? Il n’est pas mauvais de les bousculer un peu tous les deux, en espérant que Don Quiça et Sancho Panchotte parviennent à faire du meilleur travail…

    Commentaire par Austremoine — Vendredi 26 février 2010 @ Vendredi 26 février 2010

  5. >Après tout, ne met-on pas des jolies filles très en chair pour vendre des voitures, dont elles ne connaissent absolument rien. (sauf cas exceptionnels)

    Si seulement ! Mais nous n’avons droit qu’à des commerciaux en costumes rayés, à bouc et à gourmette… assez calés sur les questions de rentabilité.

    Commentaire par Soren — Vendredi 26 février 2010 @ Vendredi 26 février 2010

  6. [...] Médiation au défi de la sélection? ou sélection au mépris de la médiation? (B. Calenge, 25/02/2010) [...]

    Ping par e-Médiation (01/03/10) « pintiniblog — Lundi 1 mars 2010 @ Lundi 1 mars 2010

  7. [...] pour le rayon histoire. Il ne s’agissait donc pas pour moi d’affirmer une quelconque préséance de la médiation sur le travail d’acquisition, mais de m’interroger sur les moyens de recentrer le travail de l’acquéreur (le terme devient [...]

    Ping par Externaliser la sélection des documents ? « Lirographe — Mercredi 15 septembre 2010 @ Mercredi 15 septembre 2010

  8. [...] Médiation au défi de la sélection ? ou sélection au mépris de la médiation ? [...]

    Ping par En parlant de troisième lieu…. « VDL le blog — Vendredi 26 novembre 2010 @ Vendredi 26 novembre 2010

  9. [...] Lire l’article complet sur le blog de Bertrand Calenge [...]

    Ping par Bertrand Calenge : Pas de médiation sans appui sur les contenus | Fels2015 — Jeudi 14 avril 2011 @ Jeudi 14 avril 2011

  10. [...] Bertrand Calenge himself rappelle l’importance de lier étroitement la médiation à l’activité de sélection et de constitution des collections [...]

    Ping par Médiation numérique : une définition | Bibliobsession — Vendredi 24 août 2012 @ Vendredi 24 août 2012


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 478 followers

%d bloggers like this: